Économie et rail

Au cours du dernier siècle, le transport a alimenté l’économie mondiale. Ces dernières décennies, le transport routier et aérien a accaparé la majeure partie des investissements dans le transport, au détriment de la solution de transport de masse la plus durable – le rail. Pour sauvegarder la santé économique et environnementale de notre planète, le moment est venu de rétablir l’équilibre entre la route, l’air et le rail.

Crise ou occasion?

Transform Crisis into Opportunity

Toutes les nations sont aux prises avec la pire crise financière et économique depuis la Deuxième Guerre mondiale. Ironie de l’histoire, cette crise offre une occasion unique de mener les sociétés à faire la transition vers un mode de transport durable. Les investissements dans le rail stimulent les économies tout en réduisant les émissions de CO2et la congestion urbaine.

Rien qu’en Europe, des projets ferroviaires d’une valeur de plus de 27 milliards d’euros sont actuellement en attente de financement. C’est le moment d’axer les actuels plans de relance économique sur les investissements qui se font attendre depuis longtemps dans les technologies, l’infrastructure et les véhicules sur rail.

Investir dans le rail, dans l’économie et dans l’environnement

De nombreux pays vont accroître leurs investissements dans le rail au cours des deux à cinq prochaines années. Certains pays qui connaissent une expansion rapide et une congestion croissante, comme la Chine et l'Inde, investissent déjà lourdement dans les projets de rail de haute technologie. La construction de liaisons ferroviaires interurbaines est la priorité absolue du plan de relance économique de 585 milliards $ US en Chine. Et pour la première fois, les États-Unis vont accorder une part importante de leur plan de relance économique au rail.

Toutefois, nous pouvons, et devons, aller plus loin.

Le rail est rentable

Les statistiques sont éloquentes.

  • La congestion urbaine est un gaspillage d’énergie, de temps et d’argent. Le rail soulage cette congestion.
    • Les coûts moyens attribuables à la congestion par voyageur à l’heure de pointe ont bondi de 129 $ US en 1982 à 708 $ US en 2005.
    • Aux États-Unis seulement, la congestion a entraîné en 2005 des coûts de 78 milliards $ en retards et en carburant.
    • En Europe, les coûts de la congestion associés aux retards et au gaspillage de carburant réduisent de 3 % le PIB.
  • Un ménage composé de deux adultes qui utilisent le transport en commun économise 6 251 $ par année comparativement à d’autres qui n’ont pas accès au transport en commun.
  • Les coûts externes associés aux déplacements automobiles sont, en moyenne, trois fois plus élevés qu’un déplacement équivalent par le rail.
  • Le carburant économisé par le transport en commun a augmenté de 151 millions de gallons en 1982, à 340 millions de gallons en 2005.
  • Les dépenses liées au transport en commun par rail égalent environ 5 % du total des coûts d’infrastructure pour l’automobile (routes et stationnements).
  • Chaque milliard de dollars d’investissements du gouvernement fédéral dans le transport en commun crée 47 500 emplois.

Les coûts de l’inertie

Cost of Delaying Climate Action

Les investissements dans le rail sont également requis pour atteindre les objectifs de durabilité de la planète. La hausse des émissions liées au transport pourrait mettre en péril la capacité de l’UE d'atteindre son objectif de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020. La transition de la route au rail réduira de façon considérable cet effet.

Une étude menée par les Nations Unies indique que tout report de l’adoption de mesures visant à réduire le réchauffement planétaire coûtera au moins, et de façon continue,5 % du PIB mondial. L’atteinte de la réduction nécessaire des émissions de CO2 d’ici à 2050 ne coûterait que 1,1 % du PIB mondial. En agissant maintenant, nous pourrions stimuler l’économie et lutter contre le réchauffement planétaire. Le climat est favorable au changement – et aux trains.

Le rail est la solution

Le rail est la seule solution de transport durable pour relever les nombreux défis environnementaux, sociaux et économiques actuels.

Défi Solution de rail
Réchauffement planétaire Le mode de transport le plus sûr pour l’environnement
Volatilité des coûts de carburant Consommation d’énergie réduite*
Urbanisation

Réduction de la congestion*

Utilisation réduite des terres*

Vieillissement de la population Accessible et confortable pour tous les âges
Coûts de renouvellement et de maintenance de l’infrastructure 20 fois plus faibles par tonne-kilomètre*

*Comparativement au transport routier

Travailler ensemble pour une mobilité durable

Les gouvernements, les autorités locales, les exploitants et les fabricants doivent collaborer pour rendre le transport durable plus attrayant. Les fabricants qui innovent constamment font partie de la solution – des systèmes ultramodernes de transport léger sur rail, de métro et de trains de banlieue aident les villes à respirer; les trains régionaux confortables relient les régions entre elles et celles-ci aux villes de façon attrayante; les trains interurbains et à grande vitesse relient les centres urbains – rapidement, économiquement et de façon durable.

Bombardier offre au secteur du rail la plus vaste gamme de produits et services. Nos solutions jouent un rôle pivot pour façonner l’avenir de la mobilité durable. Elles sont comparables au transport routier et aérien en matière de vitesse, de confort et de fiabilité, sans leur lourd impact sur l’environnement.

Ne ratez pas le train du changement : pensez économie, pensez rail.